514-316-9537

Des enveloppes dans la poste

carte de credit

Quand passe le facteur (pour ceux qui ont encore un facteur!), de petites lettres de sollicitation se retrouvent dans votre courrier. Si vous êtes chanceux comme nous, vous recevez des douzaines de ces lettres par année. Pas besoin de les nommer, on connaît tous ces compagnies qui offrent des rabais sur une nouvelle carte de crédit « exclusive » pendant 12 mois ou d’autres qui envoient des documents ressemblant à un chèque mentionnant que « votre argent » est disponible immédiatement.

Les plus sages recyclent ces enveloppes. D’autres sautent sur l’opportunité. On estime que chaque canadien possède en moyenne cinq cartes de crédit alors qu’une seule devrait suffire. Ce n’est qu’une moyenne, car nous avons personnellement vu des gens jongler avec plus d’une douzaine de cartes. Des cartes qu’ils recevaient en répondant à ces lettres par la poste, ou bien en s’inscrivant dans plusieurs magasins.

Pourquoi on vous parle de ça aujourd’hui? Au cours des derniers mois, très souvent on a parlé d’endettement. En fait, on a l’impression que tout le monde parle d’endettement ces temps-ci. Et à mots couverts, on blâme certains d’avoir acheté « une trop grosse » maison. C’est vrai, certains ont de grosses maisons. Mais en pratique, pour acheter une maison, il faut être qualifié et respecter des ratios d’endettement.

De l’autre côté, chacun peut aller se chercher dix cartes de crédit à 20% d’intérêt. Difficile après ça de respecter un sain ratio d’endettement. Payer de l’intérêt sur des cartes de crédit, c’est jouer le jeu des émetteurs de ces mêmes cartes. Et consommer à outrance, c’est aussi jouer leur jeu.

L’endettement commence souvent par des enveloppes dans la poste. À vous de ne pas y répondre.

Les danger du surendettement

creditcard
Le surendettement n’est certainement pas le sujet le plus joyeux mais immanquable et essentiel ces temps-ci. Selon Statistique Canada, le taux d’endettement moyen des ménages canadiens a atteint le chiffre record de 152 % du revenu personnel disponible pour le troisième trimestre de 2011. Et la SCHL rappelait dans son Observateur du logement au Canada de 2011 que le taux d’endettement hypothécaire moyen des ménages se situait à 68 % et qu’il s’agit du même ratio qu’au cours des dix dernières années.

Que comprendre de ces données ?

Bien que le prix des propriétés ait augmenté au cours de la dernière décennie, il reste qu’en raison des bas taux d’intérêt disponibles, les ménages continuent de s’endetter. Surtout pour des biens de consommation. Il n’a jamais été aussi facile que maintenant d’acheter aujourd’hui et de payer plus tard, que ce soit pour une voiture, des meubles, etc.

Se trompe-t-on de cible ?

Le gouvernement fédéral songe à modifier les règles d’accession à la propriété. Il jongle avec l’idée d’augmenter la mise de fonds minimum à 7,5 % ainsi qu’à diminuer l’amortissement maximum  de 30 à 25 ans. L’argument? Faire payer moins d’intérêt aux propriétaires.
Nous pensons que la cible n’est pas la bonne. Le réel problème se trouve dans les taux d’intérêt des cartes de crédit ainsi que dans la facilité de se procurer des biens de consommation. Même si une propriété est un actif comportant des dépenses, cela reste un bien qui prend de la valeur avec le temps, tout le contraire d’une voiture ou d’une télévision à écran plat par exemple.
Pour réellement sauver des intérêts, mieux vaut refinancer ses dettes sur l’hypothèque de la maison et consacrer l’économie au remboursement hypothécaire ou à l’établissement d’une épargne en vue de la retraite.

Source:http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/canada/201112/30/01-4481825-lendettement-des-menages-preoccupe-la-schl.php