514-316-9537

Avant d’endosser un proche…

Que ce soit pour une marge de crédit étudiante, la consolidation de dettes ou l’obtention de financement, un de vos proches peut solliciter votre endossement.

Les institutions financières et les créanciers hypothécaires exigent parfois un endosseur. C’est qu’ils jugent que l’emprunteur représente un risque plus élevé que la normale. Cela peut être dû à un mauvais dossier de crédit ou à la précarité de sa situation financière.

Puisque le prêteur est souvent un membre de la famille, l’endosseur accepte aisément de lui faire confiance. Il importe toutefois de faire preuve de prudence en vous portant garant auprès d’un prêteur.

Bien plus qu’une simple faveur, il s’agit d’une transaction comportant son lot de risques pouvant éventuellement nuire à votre santé financière.

Discernement et vigilance demeurent les mots d’ordre.

Avant de cautionner le prêt, une discussion à propos des habitudes financières du débiteur s’impose. Analysez ensemble son budget, son dossier de crédit, et surtout, les raisons qui le poussent à devoir emprunter.

Assurez-vous de bien cerner sa capacité et sa motivation à redresser ses finances personnelles.

Dès que vous consentez à endosser un proche, le prêt dont vous êtes consignataire augmente votre niveau d’endettement.

Tant que la dette n’a pas été entièrement acquittée, il risque d’y avoir des effets négatifs sur votre capacité de contracter du crédit. C’est parce que votre ratio dettes/revenus est bouleversé.

De surcroît, l’historique de paiement de l’emprunteur sera désormais lié au vôtre.

Le moindre retard de sa part entachera votre cote de crédit comme si vous étiez le seul débiteur du prêt. D’où l’importance d’avoir confiance en la discipline financière de la personne dont vous vous portez garant.

Informez-vous aussi au sujet de la déchéance du terme, c’est-à-dire de la sanction subie lorsque l’emprunteur ne respecte pas ses engagements.

Lorsque le défaut d’honorer ses paiements perdure, le prêteur se retournera vers vous pour acquitter l’entièreté de l’obligation financière.

Si la personne endossée déclare faillite, vous serez le seul responsable du remboursement de la dette. Voyez donc dans quelle mesure un recours juridique peut être entamé.

D’après : Ce que vous devez savoir avant d’endosser, Le Journal de Montréal, 22 octobre 2018

Les fameuses assurances vie hypothécaire

parapluie

Si vous pensiez que magasiner son hypothèque pouvait être: plate, difficile, long, etc. Rassurez-vous, magasiner des assurances l’est tout autant!

Ok, nous ne travaillons pas nécessairement dans le domaine le plus palpitant. Il est bien plus amusant de magasiner une voiture ou des meubles, mais c’est aussi plus facile, plus palpable, plus réel pour tout dire. J’ai déjà écrit sur le fait qu’il est difficile de comparer les produits bancaires et cela est aussi vrai dans le domaine des assurances.

Est-il obligatoire de prendre une assurance vie hypothécaire? Certains emprunteurs se le sont fait dire. Une banque peut exiger que l’emprunteur prenne une assurance, mais ne peut exiger qu’il le prenne dans cette même banque! Nuance importante car les prêteurs habituellement n’offrent pas des produits très compétitifs. Ces produits d’assurances ne sont ni transférables, la couverture diminue avec le prêt mais pas les paiements et le bénéficiaire est l’institution financière, pas la personne de votre choix. C’est davantage une protection pour la banque que pour l’emprunteur. Pourquoi votre institution les propose-t-il alors? Parce que les marges bénéficiaires sont importantes et qu’ils profitent de la présence des emprunteurs en succursale pour pousser la vente de leurs produits, tout comme de leurs cartes de crédit (et ils vendent des assurances pour ces cartes aussi!)

L’essentiel est de faire faire une analyse de vos besoins en fonction de votre situation. Un bon conseiller en sécurité financière pourra regarder votre état et vos offrir des solutions tout en magasinant sur le marché.

Dernièrement, nous avons vu qu’un de nos clients avait payé 205$ par mois de plus que ce qui était disponible sur le marché… depuis 10 ans. Ce client avait payé 24 600$ et des poussières en trop à sa banque parce qu’il n’avait pas magasiné! C’est énormément d’argent. Êtes-vous dans la même situation? Payez-vous trop cher d’assurance?