Cinq erreurs à éviter au moment d’acheter

Cinq erreurs à éviter au moment d’acheter

Avec l’arrivée prochaine du printemps s’accélère le mouvement des transactions immobilières !  Pour réussir une acquisition, il faut éviter les pièges qui guettent les acheteurs inexpérimentés.

1. Négliger de faire des projections

« Le plus grand danger, c’est de voir trop grand, de payer trop cher, mais surtout, de ne pas prendre le temps de faire les bons calculs avant d’acheter une maison ou un condo », résume Nancy Horth, courtière immobilière chez Proprio Direct. Elle suggère trois questions qu’elle juge fondamentales : « La maison que vous payez 300 000 $ a-t-elle besoin de rénovations ? Êtes-vous habile de vos mains pour effectuer les travaux ? Risque-t-il de manquer une chambre le jour où la famille s’agrandira ? » Le mieux à faire, selon elle, c’est de faire des projections sur un horizon minimal de cinq ans.

2. Faire abstraction des bruits ambiants

« Arrêtez-vous un moment et prenez le temps d’écouter les bruits ambiants et environnants avant de prendre la décision de faire une offre d’achat sur la maison convoitée ! », suggère Jean-Marc Léger, courtier chez RE/MAX. Ce moment de silence peut être révélateur à plusieurs points de vue. Il se peut que la maison de rêve soit située près d’une autoroute ou d’un hôpital, et que vous entendiez, sur votre terrasse, la sirène de l’ambulance, le bruit infernal causé par les freins des camions lourds…

3. Acheter sans faire inspecter

« L’erreur à ne pas faire, c’est d’acheter sans faire inspecter ! », martèle le courtier Patrick Fournier, de Royal LePage. Il est toujours étonné de voir des acheteurs – très peu nombreux, fort heureusement – négliger cette étape après avoir signé l’offre d’achat. « On débourse 150 $ pour faire inspecter une auto usagée ; on ne devrait pas se poser de questions pour l’inspection d’une maison de 400 000 $ », souligne-t-il. Le courtier de Trois-Rivières concède que l’inspecteur « ne peut pas tout voir » et qu’il peut arriver que l’acheteur fasse des découvertes désagréables, une fois installé dans sa maison. Mais mieux vaut mettre toutes les chances de son côté…

4. Se fier uniquement à l’évaluation municipale

« L’évaluation foncière [ fixée par la municipalité ] est une chose, la véritable valeur marchande, c’en est une autre », résume le courtier Yvan Nadeau Genest, de RE/MAX, dans la région de Québec. Il suggère fortement à ses clients de ne pas faire une offre d’achat « en se basant sur l’évaluation de la Ville », qui ne reflète pas toujours la réalité. « On peut payer la maison 10 000 $ de moins que l’évaluation municipale en croyant qu’on fait une très bonne affaire, soulève-t-il, mais il se peut qu’on ait quand même payé 20 000 $ de trop ! » Et l’inverse peut être tout aussi vrai. On peut embaucher un évaluateur agréé pour déterminer le juste prix du marché, et de la propriété !

5. Omettre de lire la déclaration du vendeur

« Trop d’acheteurs enthousiastes – et qui sont tombés en amour avec la brique, le mortier, la cuisine et la salle de bains ! – ne lisent pas d’un bout à l’autre la déclaration du vendeur. C’est pourtant là, en noir sur blanc, que se trouvent toutes les informations, s’il y a eu culture de cannabis, un incendie, des problèmes d’eau », énumère Jasmine Bousquet, courtière immobilière chez Via Capitale à Saint-Hyacinthe. Un coup de cœur pour une maison peut se transformer en coup de cafard si l’on ne se donne pas la peine de faire ses devoirs… « Il ne faut pas aller trop vite même si on croit avoir trouvé LA maison », conclut-elle.

D’après : Cinq erreurs à éviter au moment d’acheterpar Yvon Laprade, La Presse , le 9 mars 2019

Laisser un commentaire